Les systèmes d'alarme

système d'alarme

Principes de l’alarme

Un système d’alarme a pour mission principale de prévenir les cambriolages ou incendies en alertant les propriétaires des lieux protégés ou un prestataire de télésurveillance. Mais l’installation d’alarme a également l’avantage de dissuader les cambrioleurs, d’alerter les voisins et de diminuer le montant de la prime d’assurance habitation.

Pour une sécurité optimale, il faut un nombre suffisant de détecteurs (en fonction de la taille du logement et du nombre d’accès), une sirène extérieure si vous avez des voisins proches, et/ou une telesurveillance (particulièrement si votre habitation est isolée).

Ils sont composés :

  • d'une centrale d’alarme
  • de détecteurs
  • d'un transmetteur
  • d'un signal sonore

Positionner son système dans le lieu à protéger

  1. Les détecteurs de mouvement s’installent en hauteur, en évitant les angles morts.
  2. Les détecteurs d’ouverture se placent sur les portes d’entrée et les fenêtres, du même côté que la poignée.
  3. Les détecteurs incendie sont à fixer au plafond ou en haut des murs.

Alarme filaire ou radio ?

Les alarmes filaires :

⇒ Pour qui ?

Pour les particuliers, ce type d’alarme est plutôt conseillé pour les maisons en construction car leur installation nécessite des travaux de maçonnerie.

Les professionnels souhaitant s'équiper choisiront le système filaire pour les bâtiments à étages, les structures de moyenne ou grande taille (entrepôts, bureaux ou immeubles commerciaux).

⇒ Les avantages

Les alarmes filaires sont reconnues pour leur fiabilité et leur efficacité. Si un cambrioleur coupe les câbles, l’alarme se déclenche immédiatement. Leur système de transmission les rend résistantes car elles ne subissent pas de dérangement comme les alarmes sans fil (interférences radio).

Elles ont l’avantage de ne pas nécessiter de maintenance (pas de batteries à changer) et disposent d’un affichage d’état permanent. Le principal inconvénient est leur installation qui doit être réalisée par un professionnel (budget supplémentaire).

Les alarmes radio :

⇒ A qui sont-elles destinées ?

Les installateurs d’alarme conseillent d’équiper les maisons et appartements de moins de 100 m² d’une alarme sans fil. Elles sont également adaptées aux bâtiments industriels de petite et moyenne taille.

⇒ Les atouts

L’alarme radio dispose d’une grande flexibilité car vous pouvez l’installer dans des endroits inaccessibles. De plus, elle est simple à installer car elle n’a pas de câbles, et vous pourrez la récupérer si vous déménagez. Si l’esthétisme est important pour vous, choisissez ce modèle.

Contrairement à l’alarme filaire, elle ne subit pas les désagréments des coupures de courant. En revanche, elle peut parfois connaitre des problèmes de fonctionnement comme les interférences radio.

C’est souvent le cas pour les modèles bas de gamme donc il est recommandé d’investir un peu plus dans l’alarme pour palier à ce problème. Certains cambrioleurs expérimentés peuvent également brouiller les ondes. Pour éviter cela, vous pouvez vous équiper d’une protection RFI en réalisant une demande de devis afin d'obtenir le meilleur prix de la part des installateurs.

Les alarmes anti-brouillage

Les systèmes d’alarme modernes étant pour la plupart sans fil, les intrus peuvent utiliser un brouilleur GSM (ou jammers) pour les neutraliser et pénétrer votre domicile, votre commerce ou tout local surveillé sans être freiné. Ces petits engins discrets sont de plus en plus efficaces et fleurissent partout malgré leur caractère illégal. Le brouilleur GSM occulte uniquement la bande GSM de votre système de sécurité.

En émettant des fréquences, il perturbe la réception des messages ou appels émis par téléphone et internet. Ainsi, le lien d’alerte ne fonctionne plus.

Le seul moyen efficace de lutter contre le brouilleur GSM

Pour faire face à ces nouveaux dispositifs d’attaque, les fabricants d’alarmes ont développé des moyens de protection plus élaborés. Les alarmes anti brouillage sont équipées d’un système de détection du brouillage.

Elles sont en effet capables de repérer seules la perte d’un signal GSM ; elles réagissent en conséquence et la centrale utilise ainsi un autre canal de communication pour émettre le signal d’alerte.

Le signal d’alerte est envoyé instantanément. Ainsi, si un cambrioleur tente de pénétrer votre domicile en neutralisant votre alarme, sa seule possibilité pour ne pas être repéré consiste à effectuer deux actions parfaitement simultanées : couper votre ligne filaire à l’aide d’une pince coupante et en même temps brouiller le signal GSM de votre alarme.

Dans le cas où le cambrioleur y parviendrait, le transmetteur GSM qui de l’alarme anti brouillage est muni d’une ou plusieurs cartes SIM qui prennent alors le relai des autres systèmes et déclenchent le dispositif.

Ainsi, là où une alarme classique serait susceptible de détecter une panne de courant ou une coupure internet en présence d’un brouilleur, l’alarme anti brouillage comprend qu’il s’agit d’une tentative de sabotage afin de s’introduire au cœur de votre périmètre protégé.

L'alarme dispose d’un système d’autocontrôle de son bon fonctionnement et de la bonne communication des différents éléments qui la composent. L’anomalie détectée déclenche l’alerte automatiquement.

Les bons gestes pour lutter contre les brouilleurs

Quel que soit votre type d’alarme, il est fortement recommandé de prendre quelques précautions simples, mais qui peuvent généralement être efficaces :

  • Ne laissez jamais aucune information ou indice sur le système d’alarme qui équipe votre habitation, votre commerce ou votre local. Les cambrioleurs seraient ainsi en mesure d’identifier votre dispositif et de s’équiper de manière à y résister.

  • Évitez de laisser votre centrale d’alarme visible de l’extérieur afin d’en rendre l’accès difficile. De même, limitez les possibilités d’accès à votre ou vos caméras et détecteurs, et à tout élément du dispositif. Ne facilitez pas le travail des cambrioleurs !

  • Une autre possibilité consiste à laisser croire au moyen d’un affichage que votre maison, votre entreprise ou votre local est équipé d’un système d’alarme filaire. Ceci perturbera alors la progression des cambrioleurs et les rendra moins méfiants mais d'ordre général, moins ils en savent sur votre dispositif réel, mieux c’est !

La norme NFA2P

norme nfa2p

Une norme d'alarme permet d’évaluer les systèmes de protection et leurs différents critères afin de s’assurer qu’elles soient conformes aux attentes que les utilisateurs sont en droit d’avoir pour ce type de dispositif. Une alarme peut être certifiée au niveau français avec la norme NFA2P – elle-même constituée de trois niveaux de boucliers – et au niveau européen avec la norme EN 50131.

Bien qu’il existe d’autres normes (CE, CNPP, APSAD, EN 50131), la norme NFA2P fait référence dans le domaine de la sécurité et de la télésurveillance. Cette certification fusionne la norme française NF délivrée par l’Association française de normalisation (AFNOR) et la norme A2P attribuée par le Centre national de prévention et de protection (CNPP).

La norme NFA2P se compose de trois niveaux de protection et de sécurité :

⇒ Le bouclier A2PN 1 propose le niveau de sécurité le plus faible et convient aux particuliers peu exposés afin de dissuader les intrus amateurs.

⇒ Le bouclier A2PN 2 propose un niveau de sécurité moyen. Il convient aux particuliers exposés et aux commerces de petite taille.

⇒ Le bouclier A2PN 3 propose le niveau de sécurité le plus élevé. Il convient aux particuliers qui souhaitent protéger des biens de grande valeur et aux commerces de taille moyenne.

Les particuliers et les professionnels utilisateurs ne sont pas obligés de faire installer au sein de leur domicile ou de leur entreprise un système d’alarme certifié. Toutefois, une alarme disposant d’une norme reconnue est un gage de fiabilité et de qualité optimales.

Comment la norme NFA2P est-elle attribuée ?

Pour bénéficier de la norme NFA2P, le matériel subit de nombreux tests. Chacun de ses composants (le détecteur de mouvement, le détecteur d’ouverture, le transmetteur, le signal d’alarme, le lien avec la centrale d’alarme, etc.) est testé et doit répondre aux différentes tentatives de manière positive.

En conséquence, un produit qui se la voit attribuer répond aux normes des deux dispositifs de certification et est considéré comme un système de sécurité de qualité.

L’attribution de cette norme avoisinant 20 000 euros, un grand nombre de fabricants de dispositifs de sécurité choisissent de ne pas passer les tests et se tournent vers d’autres types de certifications.

Si vous optez pour un système d’alarme certifié par la norme NFA2P, sachez qu’elle est conçue pour résister à de nombreux moyens de neutralisation, dont la désactivation, l’arrachement, le brouillage et la destruction. Fiable et sécurisante pour vous, elle est également un gage de qualité pour vos assureurs.

Les types de détecteurs à installer

Détecteurs anti intrusion :

 → Mouvements : ils scannent l’espace protégé grâce à leurs faisceaux et déclenchent une alarme lorsqu’ils repèrent la présence d’une personne (pour les pièces principales et au niveau des entrées).

→ Sons : ce détecteur déclenche une alarme quand il reconnait des ondes sonores. On trouve souvent des détecteurs à la fois de mouvements et de sons.

→ Ouvertures : un contacteur aimanté est posé sur le dormant de la porte ou de la fenêtre et un second sur l’ouvrant. Placés face à face, ils déclenchent une alarme lorsqu’ils se séparent et que le circuit électrique se coupe.

→ Présence à faisceau : en couloir, ils protègent des pièces étroites sur une grande profondeur. En rideau, ils couvrent la totalité de la zone d’ouverture mais seulement sur une petite profondeur (pour une baie vitrée par exemple).

→ Bris de vitre : posés sur une fenêtre, ils repèrent les vibrations occasionnées par le choc, ou installés sur le mur, ils détectent le bruit du verre cassé.

→ Animal : si vous possédez un animal de moins de 18 kg, certains détecteurs de mouvement ne déclenchent pas d’alerte lorsqu’il circule dans la maison.

Détecteurs anti incendie :

♦ Fumée : obligatoire depuis mars 2015, ce détecteur étudie l’air contenu dans la pièce, et déclenche une alarme quand il dépiste de la fumée.

♦ Chaleur : ce système, placé dans les pièces les plus à risques (cuisine, buanderie, garage) déclenche une alarme lorsqu’une certaine variation de température se produit.

Détecteurs pour personnes âgées

♦ Détecteur d’inactivité : en cas d’absence de mouvement pendant un temps défini, l’alarme se déclenche et l’opérateur de la société de télésurveillance se met en contact avec la personne âgée.

♦ Vidéosurveillance : des caméras permettent de visualiser à distance ce qu’il se passe dans le domicile et de s’assurer que son proche se porte bien.

♦ Émetteur : sous forme de bracelet ou de collier, l’émetteur déclenche une alerte lorsque la personne appuie sur un bouton pour demander de l’aide.

Les détecteurs de fumée (DAAF)

détecteur de fumée

Un Détecteur avertisseur sonore autonome de fumée (DAAF), dit détecteur de fumée, détecte la présence de fumée au sein d’une habitation ou de tout établissement et déclenche simultanément une sirène puissante afin d’alerter les occupants et le voisinage proche de la zone touchée. Le DAAF ne doit pas être confondu avec le simple détecteur de fumée qui détecte la fumée sans alerter. 

Comment fonctionne-t-il ?

Cet outil composé d’un boitier alimenté par des piles, d’un détecteur et d’une alarme contribue à prévenir les risques d’incendie en alertant à la moindre détection de fumée, même sans départ de feu. Il contient une chambre optique, une diode qui émet un rayon lumineux et une cellule réceptrice sensible à la lumière.

Lorsque la fumée atteint le détecteur et pénètre dans la chambre optique, elle réfléchit les rayons de lumière émis par la diode. Ces rayons atteignent la cellule réceptrice qui déclenche la sirène d’alerte.

Que dit la loi ?

La France est relativement en retard sur les détecteurs de fumées, puisqu’elle s’est dotée d’une loi en mars 2010, d’un décret d’application en janvier 2011, d’un arrêté en février 2012 et enfin de la loi Alur le 14 mars 2014, presque 50 ans après les États-Unis, l’Australie, le Canada et d’autres pays au nord de l’Europe.

Pourtant, près de 260 000 sinistres d’incendies sont déclarés chaque année, soit une trentaine par heure ! 10 000 victimes sont sinistrées, dont 800 décès, 80 % de ces derniers étant dus à l’inhalation de fumées.

Le détecteur doit être installé et entretenu (changement des piles) par l’occupant d’un logement, qu’il soit locataire ou propriétaire. En revanche, seul le propriétaire en a la charge pour les logements meublés, saisonniers et les foyers-logements.

Comment bien s’équiper ?

Votre détecteur de fumée doit être normalisé et ainsi être conforme à la norme EN 14604. Il doit également répondre à d’autres critères :

⇒ Il doit être marqué CE

⇒ Il est conseillé d’opter pour un modèle portant le logo NF

Disposez le DAAF au plafond, là où la fumée s’accumule, centré dans la pièce, à plus de 60 cm des murs et au plus près des chambres principales. Évitez la proximité de la salle de bain, de la cuisine, du garage et de toute pièce susceptible de dégager de la fumée ou de la vapeur.

Un seul DAAF est exigé par étage d’habitation. Néanmoins, si votre surface est supérieure à 60 m², il est conseillé d’en disposer deux par étage pour plus d’efficacité en cas d’incendie.

La compatibilité de la ligne

Le choix de la technologie permettant à la centrale d’alarme de communiquer avec l'entreprise de télésurveillance dépend de votre opérateur téléphonique.

- Ligne téléphonique classique

Avec une ligne fixe classique de France Télécom, la liaison se fait grâce à un transmetteur RTC. La plupart des professionnels le proposent dans leur offre.

- Ligne internet

Si vous avez une ligne chez un opérateur ADSL comme Free, Numéricable ou Neuf, il peut vous être proposé le transmetteur IP. Celui-ci n’est pas très fiable car il subit les aléas de l’ADSL et les coupures de courant. Les professionnels vous conseilleront surement de prendre la liaison GSM pour palier à ces défauts de ligne ou de transmission.

- Liaison GSM (radio)

Ce système de transmission, autrefois onéreux, est le plus performant. Il dispose de nombreuses fonctionnalités (recevoir des alertes personnalisées par SMS, piloter le système d’alarme à distance…), est simple à installer (pas de travaux de maçonnerie) et peut être récupéré lors d’un déménagement.

Avec les autres transmetteurs (RTC et IP), les cambrioleurs peuvent détériorer les lignes téléphoniques pour couper les alarmes, la liaison GSM est donc plus sécurisante

La vidéo analytique : fonctionnement et avantages

identification video analytique

La vidéo analytique s’est considérablement développée ces dernières années avec l’augmentation du nombre de caméras connectées, repoussant sans cesse les possibilités et les capacités des systèmes de vidéosurveillance.

Si la vidéo peut être un moyen de dissuader les éventuels intrus de pénétrer dans votre propriété, elle est également un outil utile permettant d’identifier les auteurs d’un cambriolage et de les poursuivre. Les images étant enregistrées et stockées, elles peuvent être facilement exploitées.

La vidéo analytique a pour avantage d’être capable d’identifier en temps réel les alertes afin d’agir en conséquence et de manière proactive.

Contrairement aux systèmes classiques de vidéo surveillance qui enregistrent en continu ce qui se passe au sein de votre habitation ou de votre entreprise en temps réel, la vidéo analytique convertit les données en informations utiles afin d’assurer une veille permanente sans perte de temps.

Ce dispositif sécurité a de nombreux atouts :

► La détection de tentative d’intrusion et d’intrusion au sein des secteurs et bâtiments protégés ;

► L’identification des anomalies et des risques potentiels, tels que les objets abandonnés, la circulation à contre-sens de la part de véhicules ou de piétons, les arrêts prolongés de personnes ou de véhicules au sein de zones sensibles, etc. ;

► La réalisation de statistiques en matière de fréquentation et de marketing, telles que le compte de piétons ou de véhicules dans une zone définie, les calculs des temps d’arrêt et de la fréquentation de certaines zones, etc. ;

► Les opérateurs ont la possibilité de réagir et d’agir bien plus rapidement grâce à l’analyse pré-opérée par le dispositif de surveillance, qui les libère d’un temps précieux.