La télésurveillance d'entreprise

télésurveillance professionnel

Ce dispositif est la meilleure solution pour sécuriser votre entreprise, vos locaux professionnels et vos marchandises. Grâce à l’installation de capteurs et d’une alarme, et à la présence permanente d'agents prêts à intervenir, vous serez protégé contre les cambriolages et les incendies.

Une surveillance 24h/24 et une gestion de l’urgence

Souscrire à un contrat avec une société de surveillance est la solution idéale pour une sécurité optimale et sur mesure de activité professionnelle. Pour disposer d’un service adapté à votre entreprise et à son activité, vous devez obligatoirement faire appel à une société spécialisée qui réalisera une analyse de vos besoins.

Elle pourra ainsi vous conseiller sur les équipements (détecteurs, caméras, alarmes) et sur les différentes prestations et offres qu’elle propose.

Une fois le contrat signé, un professionnel passera dans vos locaux pour installer le matériel. Dès que le raccordement sera effectué, la télésurveillance sera immédiatement opérationnelle.

En fonction de vos consignes et du contrat, les téléopérateurs gèreront efficacement et rapidement les informations transmises par le système de sécurité pour assurer la sécurité 24h24 et 7j/7.

Si votre activité évolue et que votre entreprise doit faire face à de nouveaux besoins ou risques, les prestataires spécialisés pourront vous proposer d’ajouter à votre dispositif initial d’autres équipements ou d’autres services (contrôle d’accès, caméras).

Les services disponibles

En fonction de la société et du contrat, vous pourrez bénéficier de différentes prestations :

  • Détection de présence : des alarmes anti-intrusion permettent de repérer des personnes ne devant pas être sur les lieux protégés et avertissent la société de télésurveillance.
  • Détection des incendies : le raccordement d’un détecteur de fumée à la société de télésurveillance permet une intervention rapide en cas d’incendie protégeant ainsi les biens et les personnes.
  • Intervention lors du déclenchement de l’alarme : après avoir réalisé une levée de doute, un professionnel se rend sur le site et prend des mesures en fonction de l’incident.
  • Contrôle d’accès : pour filtrer les entrées et les sorties d’un bâtiment, un badge peut être remis au personnel. Ce badge donne accès à certains sites et/ou à certains moments de la journée. Les flux sont ainsi gérés et enregistrés sur une application.
  • Protection du travailleur isolé : en cas de danger, la personne ou son entreprise déclenche une alarme et son positionnement géographique est transmis aux secours.
  • Géolocalisation : des systèmes de sécurité GPS permettent de surveiller des véhicules, des biens ou des personnes et de les suivre géographiquement et temporellement.
  • Ronde de sécurité : des agents surveillent l’intérieur et l’extérieur des sites, ponctuellement ou à intervalles réguliers. Ils peuvent ainsi vérifier l’absence d’intrus et la fermeture des accès.
  • Vidéosurveillance : en cas d’alerte, la société de télésurveillance observe à distance le site grâce aux images des caméras. Elle peut ainsi décider d’une intervention en cas d’intrusion caractérisée.

La vidéosurveillance pour les professionnels

Les chefs d’entreprise sont de plus en plus nombreux à équiper leurs locaux d’un dispositif de vidéosurveillance. Leur objectif est légitime : prévenir les risques de vols ou d’agressions et ainsi assurer la protection de leurs marchandises et de leur personnel afin de pérenniser leur activité.

Toutefois, il est important de garder à l'esprit qu'il ne faut en aucun cas négliger les obligations qui leur incombent, et les droits dont bénéficient les employés.

L’intérêt d’une vidéosurveillance pour l’employeur

Ce dispositif de sécurité s’avère avoir plusieurs utilités pour l’employeur :

⇒ Sécuriser l’extérieur de l’entreprise : des caméras, mobiles ou fixes, installées dans les parkings, aux entrées de véhicules ou dans les zones de stockage, surveillent les abords de l’entreprise.

⇒ Surveiller les zones à risques : selon l’activité de l’entreprise, différents lieux sont à privilégier en matière de vidéosurveillance (caisses, comptoirs, rayons, salles informatiques, entrées et sorties de la clientèle).

⇒ Dissuader les cambrioleurs : installer des caméras visibles permet efficacement de décourager les individus malintentionnés.

⇒ Engager des poursuites : l’enregistrement permet de visualiser les images du cambriolage, des dégradations ou de l’agression dans les locaux et ainsi d’identifier les auteurs du délit.

L’installation du dispositif

Quel que soit l’objectif du dispositif, l’employeur peut mettre en place des caméras mais pas n’importe où et pas n’importe comment :

→ Il doit pouvoir justifier de l’installation d’un système de vidéosurveillance, le fait de vouloir contrôler son personnel n’étant pas suffisant.

→ Il lui est interdit de filmer ses employés à leur poste de travail. Il existe toutefois des exceptions comme les postes en caisse où l’employé manipule de l’argent. Dans ce cas, les caméras doivent être orientées vers la caisse, et non sur l’employé.

→ Certains lieux ne doivent pas être équipés de caméras : salles de repos, toilettes, mais aussi les locaux des syndicats et leur accès.

→ Les images enregistrées ne peuvent être conservées plus d’un mois et seules les personnes habilitées ont le droit de les visionner.

L’obligation d’informations des salariés et du public

Les salariés doivent être avertis individuellement de la présence des caméras, soit à la signature du contrat ou d’un avenant, soit par note de service.

Les visiteurs et clients doivent être informés de la présence de caméras grâce à un panneau d’affichage qui mentionne la présence du dispositif, le nom du responsable et la procédure à suivre pour accéder aux enregistrements les concernant.

Les formalités à accomplir

La législation relative à la vidéosurveillance d'entreprise impose à l’employeur de déclarer son dispositif.

Deux cas de figure existent :

♦ La déclaration de caméras filmant un lieu non ouvert au public (réserves, lieux de stockage ou zones dédiées au personnel) doit être effectuée auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

♦ La déclaration de caméras filmant un lieu ouvert au public (espaces d’entrée et de sortie du public, caisses, comptoirs ou zones marchandes) doit obligatoirement être faite auprès de la préfecture. Le formulaire peut être retiré à la préfecture, téléchargé sur le site du ministère de l’intérieur, ou rempli sur le site https://www.televideoprotection.interieur.gouv.fr.

Enfin, l’employeur a l’obligation d’informer et de consulter les instances représentatives du personnel avant d’installer des caméras dans l’entreprise.